Serres, serres, ouvrez-moi…

C’est devenu un rituel au printemps : chaque année, à cette période, les grilles du Château de Laeken s’ouvrent pour accueillir en l’espace de trois semaines près de 100.000 visiteurs venus visiter les Serres Royales et profiter de cette occasion pour découvrir l’immensité du Domaine Royal. Nous étions cette année de la partie, avec la chance d’effectuer cette visite sous un magnifique ciel bleu car elle ne se déroule pas uniquement à l’intérieur des serres.

Un brin d’histoire

Les serres Royales de Laeken comptent parmi les monuments belges les plus importants du 19ème siècle. Les serres et la diversité des plantes qu’elles préservent sont un reflet de l’ère coloniale et de la fascination de l’époque pour l’exotisme et les territoires lointains.

serres royales de laeken

C’est en 1873 que l’architecte Alphone Balat conçoit, pour le Roi Léopold II, un complexe de serres entièrement composé de verre et d’acier pour compléter le Château de Laeken. Construites entre 1874 et 1905, les Serres Royales étaient à l’époque une innovation spectaculaire de par leur taille et leur qualité architecturale.

Une collection unique

Les Serres Royales de Laeken abritent des milliers de plantes et d’arbres plus ou moins exotiques. Une grande place est accordée au camélia auquel le Roi Léopold II tenait particulièrement. À noter également, la collection de palmiers, dont un pavillon leur est consacré.

Pour notre part, nous avons été ravis de revoir une espèce de plante, nommée l’Oiseau du Paradis, que nous avions découverte au jardin botanique du  Kirstenbosch en Afrique du Sud.

serres royales de laeken

Une visite bien encadrée

C’est donc par la « grande porte » que nous pénétrons à l’intérieur de l’enceinte du Domaine Royal. Nous descendons la longue allée qui mène au Palais, sans pour autant pouvoir l’atteindre. En effet, il n’est pas permis de l’approcher et c’est donc vers l’Orangerie que les visiteurs doivent se diriger.

Dans la première partie de la visite, on longe les serres. On jouit de superbes panoramas sur le parc, avec en arrière-fond le centre-ville de Bruxelles. Sous certains angles, il est impossible d’apercevoir la limite du Domaine Royal. Le parc apparaît vallonné et constitué de plusieurs étangs plus ou moins grands.

Avant de pénétrer dans les premières serres, la balade au sein du parc s’achève par un magnifique point de vue sur la Tour Japonaise, érigée entre 1901 et 1904 à l’initiative du roi Léopold II.

serres royales de laeken

Ensuite, on parcourt les différentes serres, dont la plupart ressemblent davantage à de larges galeries dans lesquelles on déambule comme dans des rues couvertes.

Le clou du spectacle est la dernière serre que l’on visite, le Jardin d’Hiver. Destiné aux réceptions royales, le Jardin d’Hiver fut la première serre à sortir de terre. Du fait de la hauteur de sa coupole, il abrite des palmiers de haute tige, dont la plupart datent encore de l’époque de Léopold II.

Les Serres en quelques chiffres

* Le prix d’entrée des Serres Royales est fixé à 2,5 € (gratuit pour les moins de 18 ans)

* Le parc qui compose le Domaine Royal a une superficie de 194 hectares

* Le complexe de serres couvre une surface au sol de 1,5 hectares

* Les serres abritent des plantes vieilles de près de 200 ans

* Environ 60 employés s’occupent de l’entretien du Domaine Royal, dont 40 jardiniers (15 pour les serres et 25 pour le parc)

* Chaque année, plus de 100.000 visiteurs parcourent les allées des Serres Royales

Notre avis

On a aimé

✓Découvrir un patrimoine architectural hors du commun, qu’on ne peut s’imaginer de l’autre côté des murs qui délimitent le Domaine Royal

✓ Découvrir l’immensité du Domaine Royal et la variété des paysages qui le composent, en particulier la vue sur la Tour Japonaise

✓ Une visite bien organisée dont le parcours est certes imposé mais qui permet de fluidifier les visiteurs, ce qui n’est pas un luxe

On a moins aimé

✗ Nous nous attendions à un peu plus de couleurs dans les variétés de fleurs et de plantes. Pour les visiteurs non avertis que nous sommes, nous n’avons pas réellement eu l’impression de nous retrouver face à des milliers d’espèces différentes

Aux alentours du Domaine Royal

La visite des Serres Royales est un excellent prétexte pour découvrir les autres curiosités du quartier. En premier lieu, il y a évidemment l’indéboulonnable Atomium, qui est un peu à Bruxelles ce qu’est la Tour Eiffel à Paris. Construite à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1958, cette drôle de structure représente un atome de fer, agrandi 165 milliards de fois.

L’autre monument marquant situé à proximité du Palais Royal est le Pavillon Chinois construit, tout comme la Tour Japonaise, au début du 20ème siècle à la demande du roi Léopold II.

Close