Roadtrip 5 jours à Malte

C’est sur un coup de tête que nous sommes partis à Malte au mois de mars. Alors que nous avions déjà prévu de partir en avril à Naples et en juin en Algarve, nous ressentions le besoin de faire un break. Aux environs du début du mois de février, nous avons donc succombé à un nouveau départ. Direction le sud de l’Europe pour espérer y trouver un peu de soleil et des températures printanières. Ce voyage à Malte, nous l’avons organisé sous la forme d’un roadtrip de 5 jours durant lesquels nous avons parcouru Malte et sa petite sœur Gozo.

Itinéraire de 5 jours

Vendredi soir. Nous nous dépêchons de quitter le boulot pour prendre notre valise, direction l’aéroport de Bruxelles-National. Pas le temps de dire « ouf » que nous nous envolons en direction de La Valette où nous atterrissons trois heures plus tard. Les clés de la voiture de location récupérées, nous nous mettons en route vers le village de Zebbug pour y passer la première nuit. Nous avons opté pour le B&B De Rohan pour sa relative proximité avec l’aéroport (bien qu’à Malte, tout est très proche l’un de l’autre). Tant les espaces communs que la chambre sont décorés avec beaucoup de goût. L’accueil est discret mais on sent la volonté de Lynn de vouloir être aux petits soins pour ses hôtes. A posteriori, le B&B de Rohan est notre adresse coup de cœur où loger à Malte.

Samedi. Notre première journée à Malte est consacrée à découverte de La Valette. Capitale de l’archipel maltais, La Valette se visite très facilement à pied. Lors de nos balades dans les ruelles, on remarque immédiatement l’une des particularités des villes de l’île à savoir les balcons colorés qui se détachent des murs de pierres. Il y a également de nombreuses églises à admirer et particulièrement celle de Saint-Paul qui est incontournable. Nous sommes aussi très attirés par l’horizon qui conduit nos regards vers les Trois Cités mais nous gardons cette visite pour le dernier jour de notre voyage.

En fin d’après-midi, nous rejoignons Marsaxlokk, à l’est de Malte. L’acclimatation à la conduite à gauche dans les rues étroites et bourrées de sans interdit est assez difficile mais on parvient finalement sans encombre à notre hôtel. C’est au Port View Guesthouse que nous sommes chaleureusement accueillis et que nous passons la nuit.

Dimanche. Nous débutons la journée en arpentant les allées du marché de Marsaxlokk. Si on y trouve les produits habituels d’un marché, il est avant tout réputé pour son poisson. On en trouve de nombreuses variétés sur les étals tenus essentiellement par l’ancienne génération, ce qui donne un côté familial en ce jour dominical. Le port est photogénique avec les bateaux maltais si typiques qu’on ne peut s’empêcher de le mitrailler avec  notre nouvel appareil photo hybride Olympus E-M10 (dont on est très content !).

Ensuite, nous partons sur les hauteurs de Marsaxlokk pour nous rendre à St. Peter’s Pool. La crique est très jolie. Certains courageux décident même d’y plonger mais très peu pour nous, on préfère admirer le spectacle.

Nous continuons ensuite notre chemin vers la Grotte Bleue. Nous accédons au point de vue au bout d’un petit sentier qui permet de l’apercevoir avec de la hauteur.

Ensuite nous nous rendons à Il-Ghasri où nous avons été un peu déçus. L’endroit se prêt davantage à se restaurer que de profiter d’un point de vue. Nous repartons donc assez vite pour Rabat et Mdina.

Le dernier point de vue de la journée est Popeye Village. Ce décor détonne dans le paysage mais c’est surtout la beauté des tons bleus de l’eau qui attire les regards.

Nous décidons de dormir au plus près du port de Cirkewwa pour ne pas perdre de temps le lendemain matin pour embarquer vers Gozo. Nous dormons au Solana Hotel & Spa, qui est sans charme mais nous n’avons rien trouvé de mieux dans les parages et il a l’avantage d’être imbattable au niveau du prix.

Lundi. Nous prenons le ferry pour rejoindre Gozo. A peine arrivés, nous embarquons à nouveau sur un petit bateau pour Comino, coincée entre Malte et Gozo. Là, nous découvrons la beauté du Blue Lagoon et nous sommes subjugués par la beauté du lieu tant l’endroit est réellement magnifique. Nous avons même arrêté de compter le nombre de fois où nous nous sommes dit « oh que c’est beau ».

L’après-midi, nous profitons du beau temps pour filer à l’opposé de Gozo et voir la majestueuse Azure Window. C’est le paysage le plus emblématique de Gozo et nous allons, sans le savoir, avoir la chance d’être parmi les derniers à le contempler. En effet, deux jours après cette visite, cette arche naturelle s’est malheureusement effondrée. Nous avons évidemment ressenti un sentiment très bizarre lorsque nous avons appris la nouvelle car nous imaginons bien que les maltais ont perdu là un immense symbole de leur patrimoine.

Pour l’heure, nous ne nous doutions de rien et nous finissons la journée par les salines qui sont étendues sur quelques kilomètres aux environs de Marsalfom. C’est dans cette petite station balnéaire que nous séjournons 2 nuits, au Murella Living.

Mardi. Nous débutons la journée par le point le plus près de notre hôtel, à savoir le Wied Il-Ghasri. C’est une crique étroite entourée de falaises et réputée pour ses eaux azures mais le soleil n’est pas encore assez haut perché pour profiter pleinement de la beauté des lieux. Nous nous arrêtons ensuite à la Basilique de Ta’Pinu, isolée autour d’un champ de fleurs jaunes. Nous avons beaucoup plus apprécié l’extérieur que l’intérieur de cette église qui reste néanmoins impressionnante. Le temps commence réellement à changer, le ciel s’obscurcit et le vent s’amplifie. Nous décidons malgré tout de nous rendre à Xlendi pour y découvrir sa baie. Malheureusement, le beau temps n’est plus de la partie ce qui rend le lieu moins magique. Nous revenons alors sur nos pas pour nous rendre à Victoria. Une fois à destination, nous grimpons jusqu’au sein des fortifications du Il-Kastel. Le lieu offre une belle vue à 360° sur l’ile de Gozo. Nous redescendons ensuite au sein de la petite ville pour nous promener dans ses ruelles, ses jardins de Rundle et faire quelques emplettes gourmandes au Jubilee Foods qui propose des produits locaux.

En route ensuite vers le nord-est de l’île où nous nous rendons à la Ramla Bay qui est vraisemblablement l’une des rares « vraies » plages de l’île. Elle est caractérisée par son sable roux-doré. Un peu plus à l’est, nous sommes allés découvrir la petite sœur de Ramla Bay : San Blas Bay. Le lieu semble tout à fait ravissant mais vu que la météo se dégrade de plus en plus, nous décidons de rebrousser chemin et de retourner à l’hôtel. Arrivés à Marsalfon, on constate que la mer se déchaine: les vagues claquent le long de la digue, les rues sont couvertes d’algues et de flaques d’eau et nous apprenons que les navettes de ferries sont suspendues. Quelle tempête…!

Mercredi. Nous embarquons vers 9h30 sur le ferry pour retourner vers Malte, après avoir manqué de peu le ferry précédent. La traversée est mouvementée suite aux vents violents qui soufflent depuis la veille. Avant de quitter Malte, nous souhaitons visiter les Trois Cités. La voiture garée sur le waterfront de La Valette, la poisse nous poursuit puisque nous ratons de très peu cette fois le ferry qui doit nous permettre de rejoindre Vittoriosa. Du coup, nous nous limitons à la visite de Vittoriosa avant de reprendre l’avion. On y trouve les mêmes caractéristiques architecturales qu’à La Valette, mais elle est beaucoup plus calme et se promener dans ses ruelles est très agréable. En outre, ce que nous avons vraiment aimé c’est la vue sur la Valette aussi bien depuis le ferry que depuis Vittoriosa. Dernières images à mémoriser de notre roadtrip avant de reprendre le vol vers Bruxelles…

Notre voyage en vidéo en 3min30 :

Comment se déplacer à Malte ?

Pour la facilité, nous avons opté pour la voiture de location afin de se déplacer à Malte. Libérés de toute contrainte horaire, elle nous a permis de voyager au gré de nos envies. Hors saison, nous avons payé auprès de Avis moins de 10 euros par jour pour une voiture de petite catégorie (Peugeot 208), auxquels nous avons dû ajouter  25 euros car nous avons pris possession de la voiture en dehors des heures d’ouverture « normales » ainsi que 30 euros d’essence.

A Malte, on roule à gauche. Après un temps d’adaptation, les réflexes viennent plutôt rapidement. Ce qui est surtout déroutant, c’est la conduite des maltais. Si leur conduite est comparable aux autres pays méditerranéens, nous avons surtout remarqué qu’ils ne tiennent pas souvent leur gauche. Du coup,  ce n’est pas toujours évident de conduire à pleine allure sur des routes bien souvent  étroites et défoncées.

Il est autorisé de quitter l’île de Malte avec la voiture de location pour se rendre sur Gozo. Le paiement des billets se fait en quittant Gozo (15,70 euros l’AR pour une voiture et un passager, 4,65 euros l’AR pour un passager).

Il parait que Malte dispose d’un réseau de bus fort performant. Nous ne l’avons pas testé mais il est vrai que nous avons vu beaucoup de bus sillonner les routes de Malte et de Gozo, avec des arrêts jusqu’aux endroits les plus reculés.

Une autre alternative pour ceux qui ne désirent pas conduire est le bus drop off/drop on, tant sur Malte que sur Gozo et qui semble proposer des circuits à des prix beaucoup plus raisonnables que dans d’autres villes européennes.

Que manger à Malte ?

Les pastizzis : qu’ils soient fourrés à la ricotta ou aux petits pois, nous avons raffolé des pastizzis. Simples et pas chers (entre 25 et 50c / pièce), c’est le genre de chose que l’on peut manger sans fin. Les pastizzis sont idéaux pour déjeuner sur le pouce.

La cuisine traditionnelle maltaise fait la part belle aux produits de la mer (dont l’aljotta, la soupe de poisson que l’on trouve également à certains endroits en plat principal). Mais ce qui représente sans doute le mieux la cuisine maltaise est le lapin. Tous les restaurants traditionnels en proposent. Nous n’y avons pas échappé.

On retrouve également l’influence italienne dans la cuisine maltaise. Les pâtes et les pizzas sont à l’honneur de beaucoup de cartes de restaurants. Parfois, on peut aussi goûter aux pizzas maltaises, les ftiras.

Quant aux produits régionaux, câpres, olives, nougats et miel font partie des produits les plus courants sur Malte et Gozo.

Quelques adresses :

  • Crystal Palace, Rabat – Malte : des pastizzis tout droit sortis du four
  • il-Barri Restaurant, Mgarr – Malte : une bonne cuisine traditionnelle à prix doux
  • Murella Restaurant, Marsalforn – Gozo : pour de bonnes pizzas
  • Francesco’s, Zebbug – Gozo : des pizzas à moins de 5 € dans un bar local

Nos coups de cœur et nos déceptions

Nos coups de coeur :

  • Les magnifiques paysages côtiers comme le Bleue Lagoon de l’île de Comino et l’Azure Window à Gozo. On a également beaucoup apprécié l’architecture des demeures maltaises que ce soit à La Valette ou à Vittoriosa.
  • Echapper à la grisaille de l’hiver en faisant le plein de soleil à quelques heures de vol de Bruxelles
  • Manger sans modération des pastizzis

Nos déceptions :

  • La conduite à gauche de manière très serrée vu l’étroitesse des rues et la conduite large et peu courtoise des maltais
  • Manger du lapin, plat traditionnel maltais. Ce n’est pas mauvais mais ce n’est pas non plus un délice culinaire
  • L’effondrement de l’Azure Window

Ce que nous retiendrons également de Malte :

  • Malte n’est pas une destination balnéaire. Ceux qui s’y rendent en espérant trouver de longues étendues de plages se trompent. Les plages de sable fin sont extrêmement rares, de même que les lieux de baignade.
  • Que ce soit sur Gozo ou sur Malte, il est possible de rayonner à partir d’un lieu d’hébergement unique sur chaque île. A Malte, nous avons pourtant préféré changer tous les jours d’hébergement, pour être chaque jour au plus proche de ce que nous allions visiter la journée.

Bilan

Ce voyage à Malte a répondu pleinement à nos attentes et nous en revenons pleinement satisfaits, bien que nous ayons entendu quelques échos de déception avant de partir. Nous sommes contents d’avoir fait ce voyage hors-saison car il y avait évidemment beaucoup moins de monde et c’est une destination où on a des chances de profiter d’un beau temps durant une grande partie de l’année. En tout cas, nous avons eu le loisir de bénéficier d’une météo globalement favorable. A l’exception d’une journée mitigée, nous avons eu beaucoup de soleil et des températures douces. La combinaison entre patrimoine historique et éléments naturels nous a également beaucoup plu. Ce break à Malte a réellement été une belle surprise et un bon moment de déconnexion.

Close