On a acheté un van !

Cela faisait longtemps que l’idée d’avoir notre van nous trottait dans la tête… Après avoir eu la chance de faire de nombreux voyages au bout du monde, nous avons désormais envie de découvrir les richesses de l’Europe sous une autre forme de voyage, avec encore plus de liberté (l’idée que nous pouvons partir quand on veut, où on veut). Avant de franchir le grand saut, nous avons tout d’abord eu l’occasion de tester ce mode de voyage en 2017 en Algarve à bord d’un combi  VW de 1974. Ce test a été une  véritable révélation et nous a fait définitivement contracter le virus de la « vanlife ». Depuis ce voyage, le projet d’avoir notre van ne nous a plus quittés. Si l’idée germait de plus en plus dans nos esprits, nous pensions néanmoins que cela ne resterait jamais qu’un rêve jusqu’au moment où on s’est dit : et pourquoi pas nous ?

Passer du rêve à la réalité : nos réflexions

Nous sommes actuellement en train de faire construire notre maison et notre budget voyage doit être resserré durant quelques temps. Ne plus partir en voyage était inenvisageable. Dès lors, nous voulions trouver un moyen de partir tout autant que par le passé mais à moindre frais. Par ailleurs, nous avons besoin d’un deuxième véhicule qui servira à faire les trajets de notre future maison à la gare. 

De ces deux constats, nous en avons conclu que nous pourrions joindre l’utile à l’agréable en achetant un van qui nous servirait à la fois de moyen de locomotion et de voyage ! Nous avons donc commencé nos recherches il y a quelques mois : les types de modèles d’utilitaires, les aménagements possibles, les réglementations en vigueur, le budget à prévoir, etc. Pas facile de dépatouiller tout ça ! A plusieurs reprises nous nous sommes sentis découragés et plusieurs fois nous avons failli abandonner le projet… Cependant, c’était plus fort que nous, nous revenions toujours à la conclusion qu’il nous fallait un van.

Quoi choisir ? Nos recherches

Acheter un van déjà aménagé d’origine était impensable vu le budget que cela représente (40.000 à 50.000 € neuf). Inévitablement, nos recherches se sont très vite focalisées sur les véhicules utilitaires à convertir.

Notre premier critère dans notre recherche d’un utilitaire a été la taille. Nous désirions un modèle de camionnette L1H1 (la plus petite longueur et la plus petite hauteur qui existe) afin de pouvoir avoir accès à la grande majorité des parkings (d’autant qu’au quotidien, notre futur van stationnera au parking de la gare). Durant les voyages, la hauteur inférieure à 2 mètres nous permettra régulièrement d’être considérés comme une voiture (comme par exemple pour les péages) et nous voulions aussi pouvoir nous déplacer partout sans contrainte.

Après le critère de la taille, nous voulions aussi avoir un véhicule qui dispose de 3 places (dans le cas où nous aurions un mini-nous), une fenêtre latérale pour ne pas devoir toucher à la carrosserie (et ça c’est un critère difficile à trouver) et une chaîne de distribution à la place d’une courroie (plus fiable et moins coûteuse si le véhicule est amené à faire beaucoup de kilomètres). 

Une autre question a été de savoir si nous achetions un véhicule d’occasion ou neuf. L’avantage du neuf est qu’il s’agit d’un moteur diesel de classe euro 6 (nous expliquerons pourquoi plus bas) et que nous étions sûrs de pouvoir le conserver sur le long terme. Mais cela nous faisait exploser le budget. Ce qui nous dérangeait profondément dans  un utilitaire d’occasion est qu’ils sont souvent malmenés et avec beaucoup de kilomètres au compteur (dur dur de trouver un utilitaire avait moins de 150.000 km au compteur en bon état).

Ne trouvant pas notre bonheur dans les utilitaires d’occasion (avec nos critères ci-dessus) en Belgique, et n’étant par ailleurs pas très bricoleurs, nous avons alors scruté durant plusieurs semaines les annonces du site Le Bon Coin à la recherche, en France, d’un fourgon d’occasion déjà aménagé. Il faut dire que le concept n’est pas du tout répandu en Belgique. Le problème est que les annonces se concentraient essentiellement dans le sud. Nous rations souvent les bonnes occasions car nous devions préparer notre venue (prévoir le trajet et les démarches administratives pour le ramener en Belgique).

C’est quand nous n’y croyions plus que nous avons trouvé notre bonheur, en Belgique : un Ford Transit de 2010 avec 54.500km au compteur pour un montant de 7.500€ HTVA. Au-delà du faible kilométrage, ce qui nous a fait craquer c’est que c’est un ancien utilitaire de leasing, qui a donc été très bien entretenu. De plus, il est au delà de nos attentes car il dispose déjà d’une installation électrique quasi prête à l’emploi, de parois latérales et d’un plancher en très bon état.  Nous pensons donc avoir fait une bonne affaire car nous avons aussi un an de garantie (pièce et main d’oeuvre) vu que nous l’avons acheté via un professionnel.

 

Les réglementations en vigueur

Le concept d’aménager un utilitaire se répand de plus en plus et les réglementations en la matière sont parfois encore floues à ce niveau. Nous soulevons ici deux points d’attention mais sans y apporter de réponses claires.

  • Les normes diesel : Un peu partout en Europe, on voit apparaître des mesures progressives pour supprimer du circuit automobile les « vieux » diesel. Par exemple, un Euro 4 comme notre Ford Transit ne pourrait rouler que jusqu’au 31 décembre 2025 sur base du projet de la Région Wallonne. Il pourrait y avoir des exceptions pour les auto-caravanes (ce qui nécessiterait dans notre cas d’homologuer notre van comme tel) ou pour certains usages d’utilitaires. Néanmoins, rien n’est encore fixé et chaque pays, région, ville, pourra avoir une réglementation différente. Les nouveaux véhicules Euro 6 ne seront pas confrontés à ce problème avant 2030. Pour notre part, nous avons malgré tout fait le choix de partir sur un Euro 4 car nous espérons pouvoir entrer dans les exceptions et au pire, nous pensons pouvoir le rentabiliser d’ici-là.
  • Utilitaire/autocaravane : Les conditions d’un utilitaire pour un particulier vont se durcir dans le futur et notamment lors du passage au contrôle technique. Vu qu’on nous voudrions maintenir notre Ford Transit en utilitaire, nous essayerons de ne pas toucher à la carrosserie et nous allons partir sur des meubles amovibles. Néanmoins, il est tout à fait possible de faire homologuer son van en « autocaravane » pour avoir plus de liberté d’aménagement. 

Voilà, vous en savez maintenant plus sur notre nouveau projet de 2018 qui nous annonce de belles aventures ! Nous avons déjà plein d’idées pour l’aménagement et pour nos futures destinations de vacances que nous ne manquerons pas de vous partager. 

Close