Visite de Pompéi

Dans cet article, on vous explique tout ce qu’il faut savoir pour réussir la visite de Pompéi. Pompéi, cité indissociable du Vésuve, est sans doute l’un des vestiges historiques les mieux conservés au monde. Cette fascinante conservation de Pompéi, on la doit à son ensevelissement sous les cendres du Vésuve en l’an 79. Elle permet aujourd’hui une immersion totale dans la vie romaine antique.

Organisation de la visite de Pompéi

La richesse de Pompéi est impressionnante. En se focalisant essentiellement sur les « must to see », on peut y consacrer sans problème 4 à 5 heures de visite. Un kiosque d’informations situé à côté des guichets distribue gratuitement un plan du site de Pompéi. Celui-ci est quadrillé en neuf régions. Au verso du plan, une sélection des points d’intérêts majeurs figure pour chaque région. C’est sur cette base que nous avons organisé notre visite de Pompéi. Le centre d’information fournit également un carnet qui détaille chaque élément de visite et il est aussi possible de louer des audio-guides pour davantage de renseignements.

Notre sens de la visite s’est fait en partant de la région VII vers les régions VI, V et IV, suivies des régions IX et II, I et VI. L’avantage de l’organiser de cette manière est que l’on monte crescendo vers les ruines les plus impressionnantes. A contrario, on risque aussi d’être présent sur ces lieux au moment où il y a le plus de monde.

Si l’on devait réduire notre temps de visite de Pompéi, nous ferions l’impasse sur la région IV. Cette région est la plus décentrée et ne présente que peu d’éléments d’intérêt majeur.

A ne pas manquer lors d’une visite de Pompéi

Les thermes

Eléments par excellence du paysage urbain romain, les thermes ne font pas défaut à Pompéi. Il existe 4 grands types de thermes à Pompéi :
Les thermes du Forum (région VII) : dont les parties féminines et masculines disposaient chacune d’entrées séparées.
Les thermes centraux (région IX) : en construction au moment de l’éruption du Vésuve, laissant les thermes centraux dans un état inachevé.
Les thermes suburbains (région VII) : on retrouve dans leurs vestiaires des tableaux érotiques, laissant deviner les activités de prostitution qui s’y déroulaient. Pour la petite histoire, ces fresques ont outré le Vatican lors de leur découverte en 2001.
Les thermes de Stabies (région VII)

Les maisons

Le nombre de maisons foisonne à Pompéi. A l’époque faste de la cité romaine, elle enregistrait plusieurs milliers d’habitants.

Parmi les plus belles maisons de Pompéi, citons la Maison du Faune (région VI). Considérée comme la plus grande demeure de la ville, la Maison du Faune s’étend sur tout un pâté de maisons. Elle est également caractérisée par deux atriums à l’avant.

La Maison de la Petite Fontaine (région VI) ou la Maison du Poète Tragique (région VI) sont deux autres belles demeures. La seconde est célèbre pour la mosaïque portant l’inscription « CAVE CANEM » (qui signifie « Attention au chien »), placée à l’entrée principale.

Nous avons également découvert la Maison de Julia Félix ou encore la Maison des Noces d’Argent (région V).

Les (amphi)théâtres

Les théâtres et amphithéâtres sont à chaque fois des vestiges qui nous impressionnent. Impossible de ne pas essayer de s’imaginer à quoi pouvait correspondre l’ambiance dans ces enceintes. A son époque faste, Pompéi disposait d’un amphithéâtre ainsi que de deux théâtres (un grand et un petit).

Située en périphérie de la ville, l’amphithéâtre (région II) de Pompéi est le plus ancien parmi ceux connus du monde romain. Sa capacité d’accueil pouvait atteindre 20.000 spectateurs. 

A côté de l’amphithéâtre se tient le Grand Palestre (région II). Grande place carré d’environ 140m de côté entourée de hauts murs, elle était destinée à la préparation physique et intellectuelle des jeunes citadins.

Dans la région VIII, le Grand Théâtre est construit en mettant à profit la pente naturelle de la colline. Sa capacité d’accueil est de 5.000 spectateurs. A proximité immédiate du Grand Théâtre se dresse le Petit Théâtre – Odéon (région VIII). Il était destiné à une forme de représentation théâtrale très en vogue à l’époque, le mime.

Les forums

Autres éléments marquants des villes romaines, les forums étaient des lieux autour desquels s’articulait le reste de la ville. Véritables places publiques, les forums étaient des lieux de rencontres des citoyens romains qui s’y réunissaient pour y traiter d’affaires commerciales, politiques, économiques, judiciaires ou encore religieuses.

Le Forum (région VII) représente donc le centre de la vie quotidienne de Pompéi. Il est au centre de la majorité des principaux édifices publics. Si à l’origine, le forum avait l’aspect d’une simple zone ouverte en terre battue, il fut pavé de dalles de travertin au début de l’époque impériale.

Pompéi disposait d’un second forum plus petit, le Forum Triangulaire (région VIII) situé à quelques encablures du Grand Théâtre.

Les temples

Le temple de Jupiter (région VII) prolonge le Forum et offre l’un des panoramas les plus célèbres de Pompéi avec en toile de fond le grandiose Vésuve. Le temple est composé de six colonnes corinthiennes sur la façade et trois de chaque côté. Les statues du culte de la triade Capitoline (les trois divinités Jupiter, Junon et Minerve) étaient posées sur un podium partagé en trois. De ces statues il ne reste qu’une grande tête de Jupiter.

Les autres curiosités

Les passages pour piétons sont l’unes des curiosités facile à observer lors d’une visite de Pompéi. Loin d’être identiques à ceux que nous connaissons aujourd’hui, les passages pour piétons de l’époque étaient faits de gros blocs de pierre entre lesquels les roues des chars étaient capables de passer. 

Thermopolium de Vetutius Placidus (région I) : ancêtre des restaurants fast-food, il s’agissait d’un commerce dans lequel on servait des boissons et de la nourriture à manger sur le pouce.

Pourquoi on a aimé Pompéi ?

On a beaucoup aimé la visite de Pompéi parce que l’immersion est totale. La conservation et la restauration de certaines parties de la ville permettent de véritablement se rendre compte de l’importance que pouvait avoir la cité à sa période faste. On découvre Pompéi au fil de ses quartiers, de ses monuments emblématiques, de ses superbes demeures mais aussi de ses curiosités insolites. Bref, Pompéi ce musée à ciel ouvert permet de s’imprégner de la vie d’autrefois. Il y a tellement de choses à voir, tellement d’allées à arpenter que le temps de visite file à toute vitesse sans s’en rendre compte. Enfin, le Vésuve qui se profile en toile de fond offre des points de vue magnifiques et permet de ne pas oublier que si aujourd’hui on visite Pompéi, c’est à cause ou grâce à lui…

Se rendre à Pompéi

Pour se rendre à Pompéi, le plus simple est d’emprunter le train. Rapide, pas cher, il faut toutefois faire attention au fait que Pompéi possède deux gares, desservies par des compagnies différentes. Une gare se trouve dans le centre-ville de Pompéi. Cette gare est desservie par la compagnie nationale de chemin de fer italien. La seconde gare est quant à elle desservie par la ligne Circumvesuviana. Si ce nom peut laisser un tant soit peu rêveur (allez savoir pourquoi, on conférait à cette ligne de train un côté mythique), il s’agit d’une banale ligne avec un matériel vétuste et quelque peu dégradé. Bref, la ligne Circumvesuviana présente néanmoins le sérieux atout de desservir la gare se trouvant à proximité de l’entrée principale de Pompéi, l’entrée Porta Marina.
Quelle que soit la ligne empruntée, la gare de départ à Naples est la gare Garibalida. Le ticket pour relier Naples à Pompéi coûte 2.6 €, que l’on effectue le trajet avec la ligne de chemin de fer nationale ou avec le Circumvesuviana. Par contre, il s’agit de billets distincts selon les deux compagnies.

Consignes à bagages à Pompéi

Puisqu’après la visite de Pompéi, nous continuions notre voyage vers la côte amalfitaine, se posait la question du stockage des bagages pendant que nous arpentions les rues et avenues de la cité. La bonne nouvelle est que la gare de Pompéi (celle desservie par le Circumvesuviana) dispose d’un service de consigne coûtante 3€ par bagage. La très bonne nouvelle, c’est que le site archéologique de Pompéi offre un service identique mais gratuit. Deux options y sont possibles. La première est d’entreposer ses bagages dans les consignes automatiques. Celles-ci sont de taille suffisante pour accueillir un bagage cabine. Les bagages plus volumineux peuvent, quant à eux, être déposés auprès dans un local surveillé.

Accès au site de Pompéi

Le billet d’entrée au site de Pompéi coûte 13€ par adulte. Il est possible d’acheter un billet qui combine Pompéi et Herculanum.
Le site est ouvert de 9h à 19h30 durant la saison estivale (avril – octobre). Les autres mois de l’année, le site de Pompéi est ouvert de 8h30 à 17h30.

Trajet de Pompéi vers la côte Amalfitaine

Après la visite de Pompéi, nous avons donc poursuivi notre route vers la côte amalfitaine et plus spécifiquement vers Amalfi. Pour relier en transports en communs Pompéi à la côte amalfitaine, à nouveau deux options sont possibles selon la gare de départ à Pompéi. Si on démarre depuis la gare située à l’entrée du site de Pompéi, il faut alors emprunter le Circumvesuviana jusque Sorrente (2,2 €). De là, la compagnie de bus SITA Sud assure une liaison vers Positano et Amalfi. La deuxième option pour rejoindre la côte amalfitaine depuis Pompéi débute à la gare située dans le centre-ville de Pompéi. Il faut alors emprunter le train (via la compagnie nationale de chemins de fer) jusque Salerne et ensuite prendre le bus. Pour sa facilité d’accès, nous avons privilégié la première option et emprunté le Circumvesuviana.

Pompéi en vidéo

Close